Ma rhapsodie

20160105 Tabachnik Ma Rhaspodie 1 400 225

Dans cet ouvrage traversé par la passion de l’art et de la vie, il est bien sûr beaucoup question de musique : le compositeur et chef livre des pages captivantes sur la répétition d’orchestre, et plus généralement sur le fonctionnement de cette « société idéale ». Il évoque les œuvres et les musiciens qui ont le plus compté pour lui : Xenakis, Boulez, Markevitch, Karajan… L’ouvrage donne à lire également des considérations philosophiques et esthétiques, qui éclairent d’un jour nouveau la démarche du musicien. Des souvenirs personnels, enfin, racontés avec l’intelligence et la sensibilité qui sont les siennes, et qui ne manquent pas d’être marquées par la terrible affaire qui a bouleversé sa vie.

Confession intime, savante, tragique, émouvante, et souvent drôle, d’un Tabachnik humaniste qui nous offre un hymne à la vie et à son mystère, que pour lui seule la musique est capable d’exprimer.

4ème de couverture.

Critique parue dans Diapason en septembre 2016

"Ce sont surtout les reflexions philosophiques, spirituelles et scientifiques, qui permettent d'appréhender les convictions qui animent l’interprète et le créateur  à travers des développements sur Jung, Nietzsche, la Kabbale. Autant de references philosophiques qui témoignent d'une grande curiosité et d'une vaste culture."

 

Ma Rhapsodie,  197 pages, Editions Buchet-Chastel, 2016

L'homme sauvage

aaz43-homme-sauvage-tabachnik-ring

1988, Marc joue au Casino, et comme chaque soir, il fait sauter la banque. Serrant au creux de ses mains mutilées une pochette noircie de clavicules alchimiques, il semble se jouer du hasard... Mais Marc ne s'est pas toujours appelé Marc.

Son histoire est celle de Soren, jeune professeur de philosophie danois, matérialiste et terre-à-terre, désireux de marcher dans les pas d'un père disparu trop tôt. Jusqu'à ce qu'il découvre le mythique livre d'Ezekiel, œuvre légendaire, aux pouvoirs insoupçonnables, qui le marque du sceau de la disgrâce, de l'opprobre et de l'exil forcé Pour traverser cette brèche qui l'arrache à son existence, Soren devra devenir un homme nouveau, un homme sans attache.
Un homme sauvage.

4ème de couverture (Parution le 26 septembre 2013)

L'homme sauvage, 330 pages, Editions Ring, 2013

 

 

De la musique avant toute chose

delamusique-tabachnik

Avec De la musique avant toute chose, Michel Tabachnik propose au lecteur son "concert idéal". Il se compose d'oeuvres de Richard Strauss, Béla Bartók, Igor Stravinsky, Xenakis et Boulez. Des deux derniers, il met en lumière le sens de leur recherche musicale.

La "lettre à Michel" que lui adresse Régis Debray, en guise de préface, nous place dans la position d'un "ignare de bonne volonté". Elle ouvre un dialogue que Tabachnik ne demande qu'à partager. Elle contribue à faire de cet ouvrage une introduction vivante à la musique contemporaine.

De la musique avant toute chose, Buchet-Chastel, 508 pages, 2008

Allem voran die Musik, Rombach, trad : Michael Eriskat, 2012 - - Lire la critique (en allemand)

 

 

 

 

La critique du nouvel observateur

Une intelligence très vive, un indéniable talent pour le portrait journalistique. Ici un développement magistral sur l'apparition de la musique sérielle, là une analyse stricte de l'emploi du nombre d'or par Bartók. Et puis des lignes magnifiques sur Xenakis à la fin de sa vie. Ou bien une sorte d'ode à la précision de l'oreille de Boulez répétant son «Marteau sans maître». (J. Drillon, Le Nouvel Observateur, octobre 2008)

 

La critique du magazine Diapason

Voilà un livre qui ne se laissera pas aisément cataloguer. Sur la trame d'un concert imaginaire lui permettant de livrer ses observations sur cinq oeuvres et cinq compositeurs de son panthéon musical (Xenakis, Stravinsky, Boulez, Bartok et Strauss), Michel Tabachnik greffe souvenirs autobiographiques, réflexions sur la direction d'orchestre, considérations philosophiques et esthétiques, leçons d'histoire de la musique, d'histoire de l'art, et d'analyse. Outre le parrainage du grand frère (Xenakis) et du père (BouIez), à qui il voue une admiration sans ombre, l'auteur relate sa formation auprès de Markevitch, Ansermet et Karajan. (Pierre Rigaudière, février 2009)

Il était une fois un enfant

1999-tabachnik-enfantIl était une fois un enfant est le premier roman de Michel Tabachnik. D'inspiration autobiographique, ce texte nous plonge dans l'enfance du chef d'orchestre, entre Genève, où il habitait, et de nombreux séjour à Oleyres dans la Broye et à La Sage dans le Val D'hérens en Valais.

On y découvre son goût pour la vie paysanne et la naissance de ses dons musicaux. En toute simplicité, le narrateur se penche sur son passé, mais puise aussi dans son imagination afin de donner relief et couleurs à son oeuvre romanesque. Recréer sa vie pour survivre, telle est ici la démarche de Michel Tabachnik.

 

Il était une fois un enfant, roman, Editions de L'Aire, 1999

 

 

 

Bouc émissaire

tabachnik-ots-bouc-emissairePresque neuf ans avant que la justice française ne le relaxe définitivement, Michel Tabachnik évoque dans ce livre sa longue traversée du désert suite à ce qui a été appelé l'affaire OTS et l'absurde acharnement judiciaire dont il a été la victime.

En effet, après presque dix ans de procédure, la justice française innocentera Michel Tabachnik et reconnaîtra même que dès le début le dossier le concernant était "vide" et qu'il n'a jamais été un membre important de l'ordre.

Bouc émissaire, préface de Pierre Boulez, Témoignage, Editions Michel Lafon, 1997

 

Pour plus d'informations, visitez en suivant ce lien le site qui est consacré à ce sujet.